Poésie ouverte 1

Poésie ouverte 1

 

Quand s’effondrent les illusions

Que reste-il pour surmonter ?

 

R I E N

 

Pourquoi !

Dans l’euphorie d’une croyance

Je me suis attachée à faire un certain vide

Autour de moi

 

Pour jouir en toute liberté

D’une seule et unique pensée

Orientée vers l’être aimé

 

Le chant de la douleur

Est une complainte si cruelle

Qu’elle ne se chante pas comme une ritournelle !

 

La profondeur de l’ancrage

Est si grand

Que je demeure incapable de révolte

 

Face à celui qui a odieusement abusé de ma fragilité

Il me reste les mots (1)

 

Il a voulu jouer

Il s’est rendu compte trop tard du feu qu’il avait allumé

 

Dans certains cas une marche arrière est impossible

Une barrière de potentiel est franchie il faut savoir assumer !

Ce n’est pas la guerre, mais presque…


(1)
Je ne vois pas comment les caresses des mots pourraient nous faire du mal