10 livres d'économie en diaporama et plus

10 livres d'économie en diaporama



Le Diaporama n'est plus opérationnel !
Rappels :

- le site où on peut retrouver les archives

- mon avis sur les dix livres

. lien blog aol http://blogs.aol.fr/bernadettealex/Unecitationpourchaquejour/entries/2007/10/25/livres-deconomie/884 (Je laisse ce lien afin de voir jusqu'à quand il sera possible de consulter - rappel plus de blogs sur Aol octobre 2008) 

Mon intervention sur le sujet pour inciter les documentalistes à informer et à lire ?

 

Livres d'économie


Comme l’an dernier j’ai participé au vote en ligne du Prix des Lecteurs du Livre d'Economie,  je suis informée qu'il est ouvert pour désigner le lauréat 2007.

Quels sont les 10 ouvrages participants ? Vous les retrouverez à cette adresse :
http://www.senat.fr/livreeco1107.html  (lien toujours pérenne)


Les voici (au fur et à mesure de mes lectures je mettrais ce que j’en pense) Les numéros que j'attribue sont l'ordre de mes lectures.

   Désordres dans le capitalisme mondial

Michel Aglietta, Laurent Berrebi Livre

2. En quoi la mondialisation a-t-elle bouleversé les dogmes capitalistes ?

Lorsque le déséquilibre entre la loi de l’offre et de la demande n’est plus supportable, c’est l’effondrement. Lorsque la dégradation de la rentabilité ne peut plus être compensé par les gains de productivité, c’est un peu la débâcle ! Un gonflement artificiel de la demande ne suffit plus… car si les uns peuvent facilement se retourner, les autres(les entreprises qui ont investi et augmenté leur capacité de production doivent trouver des solutions). Le cas du secteur automobile américain est édifiant (si vous cliquez sur le pdf on vous l’explique).

Les entreprises auraient-elles besoin (comme l’Etat !) de se désendetter ? Mais comment faire ?

Sans négliger le poids de l’argent ! (rôle des banques et des politiques monétaires)

Les déséquilibres financiers internationaux

Anton Brender, Florence Pisani Livre

5. Comment se sont formés les déséquilibres commerciaux ?

On nous propose de lire une marche chaotique vers la globalisation financière

Le résumé est difficile à faire !

Trop facile de dire que les Etats-Unis très endettés empruntent au reste du monde en ayant su mettre en place un système financier qui permet aux pays émergents de prêter.

Seulement, le problème réside surtout à mon sens du fait que le prêteur ne va pas chercher à s’assurer si le débiteur prend des risques excessifs !

Que le prêt peut alimenter par exemple la spéculation immobilière (avec les problèmes que l’on a déjà évoqué)

Que la globalisation financière transforme la façon dont les capitaux circulent en augmentant l’opacité si un déficit est financé par un excédent venu d’ailleurs … c’est bien vague pour comprendre !

La baguette magique appartiendrait à la réserve fédérale avec son volant d’intervention sur le taux directeur.

L’évolution qui s’est faite (de l’étalon-or au marché des eurodollars n’est pas simple car la logique de stabilisation du cours de la monnaie ne me semble même plus respectée –en fait j’avoue n’y plus rien comprendre ! et d'avoir l'impression que tout repose sur du vent !!!)

Ajouté le 29 octobre 2008 après lecture du Que dit Le Monde du jour

 

Tout simplement pour démontrer que finalement ya peut être pas que moi qui pose des interrogations !

ANALYSES
L'euro, une monnaie dépolitisée
Par Pierre-Antoine Delhommais. La réunion des ministres des finances du G7, à Washington, vendredi 19 octobre, s'est soldée par un échec. Aucune solution n'a été esquissée pour mettre fin aux vives tensions qui opposent, sur le marché des changes, le yen japonais, le dollar américain et l'euro. Pas un mot non plus, sur la grave crise de couple que connaissent l'euro et le dollar, les deux principales devises de la planète.
Pour info : Nouveau record historique pour l'euro La monnaie a dépassé hier le seuil de 1,44 dollar pour la première fois depuis sa création. (Check-liste)

     La fin des privilèges. Payer pour réformer.

Jacques Delpla, Charles Wyplosz Livre

7. Cas par cas, ce livre évalue le coût des réformes les plus importantes ???...

23 pages proposées à la lecture...

Au lieu de poser la question Que faire ? il est dit Comment faire ?

Ne convient-il pas de regarder comment des voisins européens ont fait ’sans vendre leur âme ni sacrifier leur modèle social’

Il part d’un constat Les réformes ‘même si elles augmentent le bien-être collectif et la richesse globale, ont l’inconvénient majeur de léser un certain nombre de gens, qui se sentent menacés et se mobilisent pour les faire échouer.’

L’auteur associe le mot rente à privilège

J’aime son doute quant au «un tien vaut mieux que deux tu l’auras (peut-être)» mais pas la quantification !

Quelle est donc l’idée qui va être développée ?

Prendre aujourd’hui une partie du surplus de richesse à venir pour compenser ceux qui vont souffrir aujourd’hui de la réforme. Pour joindre les deux bouts, l’État fait l’avance : il emprunte aujourd’hui et se repaye plus tard.

Bon ben là je comprends plus par rapport à la phrase précédente que j’ai retenue !

Parce que je me dis dans la solution proposée c’est jouir du présent et laisser les autres se démerder ensuite avec la dette contractée Ah oui j’oubliais il y a de la richesse de créée alors je dirais aussi (peut-être)…

Voua il affirme ensuite ‘De cette manière, il n’y a pas de perdants, mais que des gagnants’. J’aime pas cette prise de position catégorielle sur de l’aléatoire !

Bon ensuite il donne un exemple qui il est vrai est de bon sens (fermeture des mines de charbon) mais pas pour une cause que j’aurais aimé trouver !

Méthode de réforme avec compensation pourquoi pas voyons plus loin… Etre juste et versée au préalable (bof je ne suis toujours pas convaincue) Effectivement c’est un pari sur une richesse ultérieure Sans forcer personne (mais en expliquant aux perdants !) Ah une bonne question est posée : ‘Comment contourner les lobbies qui n’existent que pour défendre des privilèges…’ ?

Moi je ne vois aucun rayon de soleil puisque rien ne converge vers un mieux être de notre planète !

     L'enfer ce n'est pas les autres : bref essai sur la mondialisation

Pierre Dockès Livre

 

1. Comment agir sur le marché mondial ?

Considérer qu’il puisse y avoir des gagnants et des perdants est déjà partir sur un modèle d’à priori qu’il convient de dépasser… Une réflexion de l’auteur sur les réformes structurelles qui peuvent être conduites en France nous amène à un questionnement et comme lui on se demande si les faiblesses d’une économie se dévoile dans les crises qu’elles induisent.

Quels sont les processus qui se sont mis en place, avec quelle stratégie et dans quel but ?

Qui est coupable, s’il y a culpabilité ? En quels termes doit-on raisonner ? N’est-ce pas là la vraie question ?

Mais mon résumé est tout à fait personnel sur la base de 8 pages du livre … donc pas évident de voir s’il correspond réellement aux attentes que je formule.

  Vers la crise du capitalisme américain ?

Paul Jorion Livre
4. Sans que rien ne soit écrit d'avance, toutes les analyses de bon sens convergent vers une crise en son épicentre... Quelles sont donc les faiblesses du capitalisme américain ?

Les pages qui nous sont offertes à la lecture concernent l’immobilier et montre la fragilité du système. Certaines classes se surendettent (les riches paient comptant) par rapport à un capital fictif puisqu’il a été gonflé... Les mécanismes sont trop pervers ; les conditions de crédit personnalisés trop disproportionnés. Cote FICO, secteur prime… Comment la population est répartie dans ces secteurs ? Que font les courtiers ? (teasers rates ou refinancements !) -Les influences ethniques pour l'accession à la propriété.  Les banques qui avec une diversification peuvent éventuellement soutenir des processus de type "cavalerie" avec le danger de l'effet domino ! Et des abus encore plus flagrants de compagnies indépendantes !

Cette mécanique spéculative qui force l'endettement peut elle se communiquer au secteur boursier ??? Et que peut-il se passer ???

 

   Petits conseils

Laurent Mauduit Livre

 3. Quels sont les liens entre la presse, l'argent et le pouvoir ? Enquêter c'est bien, pouvoir le faire paraître dans son intégralité, c'est peut-être un peu plus difficile ! Certains savent bien faire fonctionner l'ascenseur du négoce, trouver des subrefuges pour voiler les montages financiers. Le "capitalisme de la barbichette" 'iribéral' (terme qu'il me semble avoir entendu et qui me convient parfaitement pour montrer l'interdit de la liberté) est une transposition à la française très irrévérencieuse quant à la transparence... et plus encore ! L'éditeur a du courage !!! et le titre ne dévoile en rien la face cachée de l'ouvrage ! 23 pages 

Résumé satirique de celles ci : l'écureuil perd sa queue mais gonfle son panache ! Les communistes copulent avec les catholiques... Et le Monde est banané ! Bernadette Couturier

   

   La croissance américaine ou la main de l'État

Alain Villemeur Livre

6. D’où peut venir la performance des politiques économiques des Etats-Unis l’intervention de l’Etat y est-il pour quelque chose ? Le modèle keynésien peut-il toujours avoir du sens ?

En lisant les premières lignes qui nous sont offertes, on se rend compte que le fondement repose sur la croissance la performance et la richesse. Plus loin on lit quand même que le conte dans sa réalité concrète ne devrait pas donner cette vision angélique et naïve ! Mais l’auteur semble se faire l’apologue de la conception américaine donc il serait étonnant que dans le livre il donne les revers de la médaille ! Ce livre je le classe en dernier !!! Pour protester aussi contre le choix de donner si peu à lire ; c’est vraiment prendre le lecteur potentiel pour un con !

Il est clair que je soutiens aucune politique puisque j’estime qu’aucune donne satisfaction. Une voie serait à trouver mais laquelle ? Celle que je préconiserais serait trop utopique, trop de mentalité à faire évoluer (donc il ne faut pas rêver)…

 

Compléments pris dans Que dit Le Monde du 29 octobre 2007

LA CITATION
"L'inflation détruit une économie. Comme le disait Keynes, 'il n'existe pas de moyen plus subtil et plus sûr de renverser les bases de la société que de pervertir sa monnaie'", souligne Florin Aftalion, professeur de finance à l'Essec, en page Economie.

Livres d’économie (suite)

10 ouvrages participants au Prix des Lecteurs du Livre d'Economie http://www.senat.fr/livreeco1107.html

 

Les numéros sont mis dans l'ordre des lectures

La crise des années 30 est devant nous

François Lenglet Livre

 

8. Même si les mécanismes de la vie en société semblent se gripper sérieusement, va-t-on suivre le même schéma que dans les années 30 ?

Les candidat(e)s aux élections ont fait tourner à plein régime la machine à promesses intenables… Pour expliquer le trop peu de cas fait à l’union européenne, l’auteur nous redonne des citations exemple Nicolas Sarkozy ‘…souffrir pour la France était une noblesse’ et sa proposition de créer un ministère de 'l’identité nationale'. Il reproche l’attitude pas assez autoritaire de certains ; dans le trop plein de libertés les limites ne sont pas toujours trouvées. Les candidat(e)s comme Ségolène Royale préconisent ‘un ordre juste’ ‘la récompense de l’effort’ peut-être pour essayer d’enrayer ce qui suit théoriquement la liberté... c’est-à-dire l’autorité, pour pourvoir à l’excès de…

Si on a la réplique d’une autre crise qui a préludé aux catastrophes du siècle dernier, les séismes qui secouent la finance mondiale en déséquilibres persistants vont-ils faire craquer l’édifice ?

La société est-elle à l’image freudienne de l’homme avec deux polarités qui l’écartèlent ?

Sommes-nous l’image de nos grands-parents puisque nous nous démarquerions de nos parents ? (pas de chance pour l’auteur mes parents sont tellement antagonistes que j’essaie de prendre la meilleure part de chacun !)

La technique des réseaux de communication est un instrument qui permet des libertés pernicieuses. Le combat c’est à chacun de le mener selon ce qu’il est au plus intime de lui-même, ce livre se voudrait un instrument de comparaison pour essayer de comprendre les menaces qui assombrissent le futur. Ces 23 pages d’introduction ne permettent pas de savoir si les objectifs sont atteints. On en apprend un peu plus en écoutant ! Drôle de retrouver certaines de tes expressions…

La gratuité, c'est le vol. Quand le piratage tue la culture

Denis Olivennes Livre

10. La culture gratuite semble en péril.

L’a-t-elle été ? C’est je pense la première question qu’il faudrait se poser avant de déblatérer sur le sujet ! C’est effectivement un historique qui nous est proposé  dans les pages suivantes mais je n’ai pas trouvé une réponse ferme à mon premier questionnement. (gratuites - Ne dépassons pas 3 l’auteur ne pourrait plus en vivre !)

L’auteur parle de démocratisation de la culture du fait de sa propagation ; il nous renseigne ensuite sur l’origine du droit d’auteur profondément ancré en France. Il passe en revue les supports culturels puis il aborde les aspects économiques et sociologiques de cette culture de masse.

Marx aurait rêvé d’une démocratisation de l’accès aux œuvres de l’esprit, la société de consommation la réalise.

Oui mais j’ajoute qu’il faut réfléchir à quelles œuvres le public ordinaire a accès et pourquoi !

En audio l’auteur nous dit que la France est le paradis du piratage et présente comme une erreur le non encadrement juridique de l’internet.

C'est vert et ça marche !

Jean-Marie Pelt Livre

9. Un Inventaire impressionnant des expériences de développement durable qui ont fait leurs preuves et qui démontrent qu'une autre voie est possible nous est annoncé dans le résumé.

L’auteur commence à nous alerter sur l’épuisement des ressources énergétiques, sur le renvoi dans l’atmosphère de gaz carbonique qui conduisent à l’effet de serre (températures au sol directement proportionnel à la concentration de ces gaz). Il précise que les teneurs de l’atmosphère en gaz carbonique sont passées de 280 ppm (parties par million) au début de l’ère industrielle à 370 ppm en 2001. Il convient même de préciser qu’elle était de 381 ppm en 2006 (source Global Carbon Project). La température moyenne de la planète s’est élevée et parallèlement l’aggravation des épisodes météorologiques extrêmes sont à craindre. Montée du niveau des océans qui met en péril certains lieux de la planète, déforestation, désertification, perte de la biodiversité, épuisement des stocks. Mettre en œuvre des concepts qui tiennent compte de tous ces dérèglement afin d’essayer de les enrayer pourra-t-il permettre aux générations futures d’avoir au moins de l’air et de l’eau ?

Les pages à lire  se terminent sur des constats qu’il est toujours bon de retrouver pour garder en mémoire.

 

Présentation de Tous les ouvrages (par ordre alphabétique)

 

 

Pour retrouver ce que j'ai pu écrire sur les autres livres d'économie retour sur ce lien et bon choix !

Excusez les imperfections je reprendrais (peut-être le travail) car en relisant j'y trouve un certain charme un désordre pas tout à fait chaotique ! 
J'ai publié car si je conservais en brouillon je n'arrivais pas à avoir le diaporama du début (j'ai enfin compris qu'il était opérationnel même si on ne le voyait pas dans le brouillon MAIS à présent (2009) il ne l'est plus !


Et puis face à la crise financière actuelle il est toujours bon de se dire qu'en ayant lu un peu sur le sujet on est moins surpris !
Bernadette Couturier

Lien sur Canal Académie qui propose plusieurs émissions pour comprendre la crise financière

Au 27/11/2008 j'ajoute cette information extraite de la check-liste du journal "Le Monde" du 12 novembre 2008 

L'économie expliquée par Bercy
Le 4 septembre 2006, le ministère de l'économie mettait en place le Conseil pour la diffusion de la culture économique (Codice), une instance indépendante regroupant 16 personnalités des médias, du monde de l'entreprise et des économistes, présidée par le publicitaire Nicolas Bordas. Cette instance vient d'inaugurer kezeco.fr, un site pédagogique destiné à rendre l'économie "accessible à tous", et plus particulièrement aux étudiants et enseignants. Kezeco présente les grandes notions de l'économie tout en décryptant l'actualité. A travers des textes et des vidéos, le contenu se décline en deux niveaux de lecture, synthétique pour les curieux et plus approfondi pour les passionnés. Plus concrète, la rubrique Economoa rassemble des points de vue de collégiens, étudiants, mère de famille, etc., qui réagissent aux sujets d'actualité. Manque toutefois pour étoffer ce panorama un glossaire, tel que celui de la Documentation française. Et si
l'internaute vient à décrocher, détour par une visite virtuelle du bâtiment de Bercy.
Légère mise en forme faite le 1er janvier 2009 essentiellement pour augmenter la taille de certains caractères et ôter des titres de livres mis en trop.