Quelques 5 octobre dans le monde

Publié le par Bernadette Couturier

 

Journée internationale des enseignants du monde

 source pour 2001 

Je préfère choisir une citation différente de celle de la lettre de l'événement tout en conservant le même auteur

Mon métier et mon art, c'est vivre.

[Montaigne] - Extrait des Essais

J'aime introduire des débats !
En lisant ce rapport :

"Réflexions sur l'enseignement des sciences au lycée" Texte d'étape, rédigé par le Comité sur l'Enseignement des sciences de l'Académie des sciences...

 

J'aime exploser d'interventions comme l'an dernier... sur ce blog
Archives du quotidien Le Monde - Ecrire pour la semaine du goût - Bibliothèques numériques et plus - Fonds documentaire bac pro SPVL - Radio scolaire - Club journal télévisé - Site posant problème faire comprendre aux élèves - Vigne et pêche - Bibliothèque de maternelle

 

J'aime extraire d'un rapport, pour mettre l'information plus à découvert

 

Apprendre à se servir de l’information

Par les medias modernes, web, télévision, etc., nous sommes abreuvés d’informations de qualités très inégales. Les lycéens ont accès à toutes ces informations, mais n’ont pas encore d’eux-mêmes le discernement nécessaire pour les classer et pour juger de la confiance à leur accorder. Dans une société dite ‘de l’information’, ce devrait être une part de la culture générale que d’apprendre aux élèves du Lycée à bien se servir de l’information.

S’agissant des sciences, il existe malheureusement des sites aux qualités scientifiques sujettes à caution, parfois même à la limite de l’escroquerie ; de même certaines émissions de télévision sont scientifiquement très douteuses. À ce propos, beaucoup de professeurs de science désirent guider leurs élèves dans leur discernement et corriger rapidement la diffusion d’informations scientifiquement fausses. Pour les y aider, il est nécessaire de documenter et mettre à jour des sites dont la rigueur scientifique soit indiscutable car garantie par des instances adaptées.

Les programmes et les manuels

Pour donner le goût de la science à un élève, mieux vaut l’introduire à une compréhension approfondie des concepts fondamentaux que de lui décrire superficiellement un trop large ensemble de notions. La qualité essentielle d’un bon programme de lycée est de dégager une sève élaborée à partir de l’ensemble des connaissances. Chaque discipline devra donc faire des choix dans les connaissances nouvelles à aborder, et présenter quelques points de vue synthétiques. Il faut, de plus, veiller à la progressivité et à la cohérence des programmes depuis l'entrée en Seconde jusqu’au baccalauréat. (a)

Trop souvent les manuels sont bâclés dans l’urgence. Certains sont des compilations de recherches récentes, accumulées plus qu'assimilées, et en définitive rebutantes pour les élèves malgré l’utilisation de jolies couleurs. Nous appelons de nos voeux la rédaction de manuels réellement adaptés aux classes, fruits d’équipes chevronnées, faites de professeurs de Lycées et d’universitaires travaillant en collaboration. Dans ce but, nous recommandons avec force qu’une instance totalement indépendante du Ministère ainsi que des Maisons d’édition soit créée, afin de certifier le contenu disciplinaire aussi bien que la valeur pédagogique des livres dans les différentes disciplines, en particulier en sciences. Son avis devrait bien entendu être rendu public.

EXTRAITS de : "Réflexions sur l'enseignement des sciences au lycée" Texte d'étape, rédigé par le Comité sur l'Enseignement des sciences de l'Académie des sciences...

(a) ATTENTION  ! Selon chaque matière, il faut réfléchir un peu plus et se demander ce que feront ensuite la majorité des élèves concernés après chaque niveau. Bernadette Couturier

 

J'aime aller encore plus loin !

Dans leur confrontation quotidienne, le théoricien rêve souvent de suggérer à l’expérimentateur une expérience à laquelle il n’a pas pensé ; l’expérimentateur, de mettre en évidence un effet pour lequel le théoricien n’a pas d’explication…

 

La tentation est parfois grande de traiter cette complexité par la rédaction de feuilles de travaux pratiques où tous les gestes à faire sont prédéterminés, sans que la clef de leur raison d’être soit à jamais accessible aux élèves. Or une expérience est toujours une réponse à une question : que va-t-il se passer si j’effectue telle perturbation sur un système ?

Quel dispositif dois-je mettre en place pour tester telle hypothèse concernant un phénomène observé ?

L’oubli trop fréquent de cette phase de questionnement relatif à la détermination du protocole adéquat conduit à des travaux pratiques presse-bouton où l’on peut avoir tout fait et n’avoir rien appris.

 

Même dans les situations physiques les plus simples, il est possible de mettre en oeuvre l’idée que


comprendre, c’est recréer le réel par la pensée.

 

La pratique du questionnement fait donc pleinement partie du message essentiel de l’enseignement des sciences : montrer à l’élève que le monde peut lui être intelligible. N’oublions pas, non plus, que l’émotion esthétique attachée à cette intelligibilité constitue un puissant facteur d’intérêt pour les sciences.

Source Auteur : Jacques Treiner

 

S’il fallait résumer d’un mot le caractère de la réforme en cours, ce serait en ces termes : centrage sur les fondamentaux, mise en place d’une pédagogie du questionnement, recherche de convergences entre disciplines.

Il est donc essentiel que le programme fasse sens par lui-même, et non en fonction d’une progression au cours des années suivantes. (1)

...La culture scientifique ne se définit pas seulement en termes de contenus, mais aussi en termes de mode d’élaboration de ces contenus. L’enseignement doit montrer quels sont les protocoles théoriques et expérimentaux mis en place par la science au cours de son développement historique pour construire des représentations du monde qui permettent de transformer notre propre environnement avec l’efficacité parfois redoutable que l’on connaît, et en quoi ces protocoles sont spécifiques à la science : on n’établit pas les lois de la nature comme on établit des lois au Parlement…

Dans ce dernier thème, c’est le questionnement qui est central. Tout enseignant sait bien que la difficulté existentielle dans laquelle il se trouve, c’est d’avoir à donner des réponses à des questions que les élèves ne se sont pas posées. Ce qu’écrivait Gaston Bachelard en 1938 à propos de La formation de l’esprit scientifique (Vrin, page 14) demeure aussi vivace aujourd’hui :

Avant tout, il faut savoir poser des problèmes. Et quoi qu’on dise, dans la vie scientifique, les problèmes ne se posent pas d’eux-mêmes. C’est précisément ce sens du problème qui donne la marque du véritable esprit scientifique. Pour un esprit scientifique, toute connaissance est une réponse à une question. S’il n’y a pas eu question, il ne peut y avoir connaissance scientifique. Rien ne va de soi. Rien n’est donné. Tout est construit.

Comment éveiller ce questionnement de l’élève ?

Comment travailler avec les élèves ?

Partir des connaissances empiriques des élèves, c’est s’efforcer de prendre le temps de les expliciter, donc de faire travailler les élèves en petits groupes, élaborer des protocoles expérimentaux pour tester telle ou telle représentation, anticiper les résultats possibles, et tirer le bilan de la confrontation. Cela implique de ne pas réduire le travail expérimental à la simple manipulation, pas plus que le travail théorique ne s’identifie à la seule résolution d’équations mathématiques. Une situation expérimentale est toujours complexe, au sens où il s’agit d’étudier un phénomène physique à l’aide d’instruments qui, dans leur fonctionnement, font appels à d’autres phénomènes. On peut être tenté de traiter cette complexité par la rédaction de feuilles de travaux pratiques précisant tous les gestes à faire, sans que la clef de leur raison d’être soit jamais accessible aux élèves : la pratique scientifique est alors transformée en pratique magique. Considérer que le choix du protocole fait partie du travail expérimental, de même que le choix de la modélisation fait partie du travail théorique, c’est, pour le professeur, se placer d’abord en personne ressource.

En fin de séquence seulement, il résume et structure ce qui a été fait et compris, et le replace éventuellement dans un contexte plus large.

Rechercher de l’identique dans le divers, c’est par exemple constater qu’un lac de montagne et l’eau dans le bac à glace du réfrigérateur commencent à geler tous deux par le dessus et se demander pourquoi, c’est reconnaître dans la diversité du monde un même morceau de nature qui joue avec nous à changer d’apparence. Voilà le regard qu’il s’agit de développer chez les élèves.

...L’enseignement d’une discipline comme la physique doit viser d’emblée le général, en l’adaptant bien sûr à chaque niveau d’enseignement. La différence tient peut-être à la façon de tendre à l’universel : pour une oeuvre littéraire ou artistique, c’est à travers l’authenticité d’une démarche nécessairement singulière ; pour une oeuvre scientifique, c’est par la recherche forcenée du point de vue d’où les choses se ressemblent.

Source Auteur : Jacques Treiner

(1) J'ajoute moi Bernadette Couturier que pour comprendre il faut lire le document dans le contexte qui s'y rattache ! (Pensez à cliquer sur source)



 

Mon métier et mon art, c'est vivre.

[Montaigne]
- Extrait des Essais

 

Depuis sept ans, chaque automne, Nuit Blanche illumine Paris. Le rêve s’installe dans la ville le temps d’un rendez-vous nocturne qui rompt les habitudes. Editorial de Bertrand Delanoë, maire de Paris

«Donner la ville aux artistes, leur donner les clés» : telle est la définition de la Nuit Blanche selon Christophe Girard, adjoint au maire de Paris chargé de la culture. Source 

Ma composition imagée sur Nuit Blanche

Quelques 5 octobre (extrait des chroniques de la lettre de l’événement, de linternaute histoire, de Les éphémérides imagées d'Alcide  anniversaires et ailleurs)
Today in History
Today in Science

 

5 octobre 1465 Signature de la paix de Conflans (aujourd'hui Conflans Sainte-Honorine), le roi de France Louis XI renouvelle la donation des villes de la Somme au duc de Bourgogne, Philippe III le Bon. Il met fin à la guerre de la Ligue du Bien public, qui l'opposait à la noblesse depuis 4 ans. (linternaute histoire)

5 octobre 1688 Un édit de Louis XIV, signé par le fils de Colbert, secrétaire de la Maison du Roi, réglemente la fabrication du savon. Selon l'article III de cet édit : «On ne pourra se servir dans la fabrique de savon, avec la barrille, soude ou cendre, d'aucune graisse, beurre ni autres matières ; mais seulement des huiles d'olives pures, et sans mélange de graisse, sous peine de confiscation des marchandises». Les manufactures de savons doivent cesser leur activité l’été car la chaleur nuit à la qualité du savon. Cette réglementation assure la qualité du savon qui fait la renommée des savonneries marseillaises. Source Wikipedia

Édit du 5 octobre 1688, reproduit sur le site de la Maison Fabre
5 octobre 1713 Naissance de Denis Diderot Diderot et l'art ajouté le 15.03.2009

5 octobre 1789 Un roi en échec face aux dames En cette fin d'après-midi, des milliers de femmes se rendent au château de Versailles pour manifester leur mécontentement. Les prix ne cessent de croître en flèche et la disette se répand : elles demandent au roi Louis XVI de changer les choses. Dans la nuit qui suit, ce dernier accepte de signer des décrets que jusque-là il refusait d'accorder. Apparemment, il est plus difficile de tenir tête à des femmes qu'à la guillotine... (chroniques de la lettre de l'événement)

5 octobre 1795 Le commandant en chef de l'armée de l'intérieur, Paul Barras, fait appel au jeune et inconnu général Napoléon Bonaparte pour réprimer une insurrection royaliste à Paris. Mécontents des dispositions prises par la Convention "thermidorienne", qui visent à empêcher une restauration de la monarchie, les royalistes se révoltent. Une partie de la garde nationale et un groupe de sans-culottes prennent les armes. Mais la répression est trop forte ce 13 vendémiaire de l'an IV, Bonaparte mitraille les insurgés royalistes sur les marches de l'église de Saint Roch, au coeur de Paris. Choisi par Barras sur les conseils de sa maîtresse, Joséphine de Beauharnais, l'action du futur empereur ce jour-là lui vaudra la main de la belle Joséphine en mars 1796 et le commandement de l'armée d'Italie. (linternaute histoire)

5 octobre 1880 Le compositeur Jacques Offenbach meurt à Paris. Il a inventé un nouveau genre l'opérette et ses oeuvres sont des satires de l'esprit de la société du Second Empire. Il s'inspire de la mythologie grecque mais aussi des contes de l'écrivain allemand Hoffmann pour un opéra fantastique. (source linternaute histoire)

5 octobre 1914 Premier combat aérien de l'histoire. C’est durant la Première Guerre mondiale que l'Aviatik du lieutenant allemand Von Zangen est abattu par le Voisin III du sergent Frantz et du caporal Quénault. Ce combat est considéré comme étant le premier à s'être déroulé dans les airs. Avant ce premier conflit international, les avions militaires étaient essentiellement utilisés pour photographier les positions de l’ennemi. Ils n’étaient alors armés que d’un appareil photo ! (chroniques de la lettre de l'événement)

5 octobre 1924 Apparition de Bibi Fricotin dans Le Petit Illustré du dessinateur Louis Forton. (source chroniques de la lettre de l'événement)

5 octobre 1947 Après une réunion organisée en Pologne réunissant neuf PC européens, le Kominform est créé. Présenté comme une réformation du Komintern, ce bureau d’information a en réalité des objectifs bien différents d’une Internationale communiste. De fait, il réduit son champ d’action à l’Europe et c’est à cette occasion que le rapport Jdanov est rendu. Son rédacteur critique d’ailleurs les PC français et italiens pour leur participation dans des gouvernements socialistes qui sont invités à rejoindre l’opposition contre les "socialistes de droite". Opérant jusqu’à la mort de Staline, le Komintern aura avant tout pour fonction de vérifier que les communistes européens s’alignent bien sur la politique de Moscou. Ainsi, les Yougoslaves seront bientôt exclus et tous les PC devront chasser les titistes, accusés de déviance idéologique. (linternaute histoire)

5 octobre 1952 Le XIXème Congrès du Parti communiste s’ouvre à Moscou plus de treize ans après le précédent. Staline ne fait qu’une brève intervention. C’est pourtant lui qui dispose à présent de la majorité des pouvoirs qu’il a su concentrer et conserver pendant la guerre. D’ailleurs, ce Congrès n’est pas l’occasion de présenter de grandes ambitions pour l’avenir sinon par le doublement des membres du Comité central et la suppression du Politburo au profit d’un praesidium. (Extraits de linternaute histoire)

5 octobre 1962 Le célèbre agent des services secrets britanniques, James Bond, apparaît pour la première fois sur grand écran avec la sortie en salles de ‘Dr No’. (Extrait des chroniques de la lettre de l'événement)

5 octobre 1968 Jacques Chancel présente sa première émission intitulée "Radioscopie" et diffusée sur France Inter. Chaque jour de la semaine, il accueillera de nombreux invités issus de divers domaines et avec lesquels il s'entretiendra durant une heure. Les personnalités les plus en vogue telles que Barthes, Malraux, Sartre, Giscard d'Estaing ou Mendès-France seront ainsi reçues et l'émission remportera un véritable succès auprès des auditeurs. Elle sera diffusée jusqu'en 1982 avant d'être à nouveau sur les ondes de 1988 à 1990. (linternaute histoire)

5 octobre 1970 Le vice-président Anouar El-Sadate est désigné candidat unique à la présidence de la République par l'Union Socialiste Arabe, après le décès brutal du président Nasser (extraits de linternaute histoire)

5 octobre 1972 Jean-Marie le Pen, ancien plus jeune député de France en 1956, fonde un parti d'extrême droite nommé : Front National. Il est soutenu par le mouvement "Ordre Nouveau", dont il a été le directeur de campagne pour les élections présidentielles de 1965 en appuyant l'ancien secrétaire d'état du gouvernement de Vichy, Tixier-Vignancour. "Odre Nouveau" sera dissous en 1973 par le Conseil des ministres. Resté inaperçu à sa création, le FN s'affirmera dans le paysage politique français après les présidentielles de 1981. Jean-Marie Le Pen en est le président depuis sa création. (linternaute histoire)

5 octobre 1983 Le parlement norvégien, le "Storting", décerne le prix Nobel de la paix au Polonais Leszek Walesa "Lech" pour son action au sein du syndicat "Solidarnosc" qui contribua à l'établissement de la démocratie parlementaire en Pologne et à l'arrêt de la guerre froide. Emprisonné en 1981 par le gouvernement polonais il est relâché en 1982, mais les autorités polonaises, craignant son exil, le retiennent en Pologne. C'est sa femme, Danuta Walesa, qui ira chercher le prix en son nom le 10 décembre 1983. (linternaute histoire)

5 octobre 1988 Octobre algérien. Un mouvement de révolte algérien culminait en une grande grève nationale. Vingt ans après, Le Quotidien d'Oran avec un article de d'Abed Charef "Octobre, ses promesses son gâchis"  regrette qu'il n'ait pas apporté plus de changements durables. (source check-liste du journal Le Monde du 6 octobre)
5 octobre 1989 Sa philosophie bouddhiste n’y est sans doute pas étrangère, le jury du prix Nobel de la paix récompense Sa Sainteté le Dalaï Lama pour son action. Depuis des années, exilé en Inde, le chef spirituel des Tibétains plaide la cause de son peuple, opprimé par le gouvernement chinois, auprès des grands dirigeants du monde. Un acte symbolique qui malheureusement ne suffira pas à enrayer la violence au Tibet et à restituer à cette nation son indépendance. (chroniques de la lettre de l'événement)

Le 14ème Dalaï-Lama, Tenzin Gyatso, chef spirituel et temporel du peuple tibétain se voit décerner le prix Nobel de la Paix. En exil en Inde depuis 1959 pour fuir la répression chinoise sévissant au Tiber, le Dalaï-Lama est récompensé pour son action diplomatique en faveur du Tibet dans le monde entier. Lorsque le prix lui sera remis le 10 décembre il dira: "Il n'importe guère qu'un être soit croyant ou non, il est beaucoup plus important qu'il soit bon." (linternaute histoire)

5 octobre 1997 L'équipe de France féminine de tennis représentée par Alexandra Fusai, Julie Halard, Mary Pierce, Nathalie Tauziat et Sandrine Testud entraînées par Yannick Noah remportent le premier titre en Fed Cup pour la France. (source linternaute histoire)

5 octobre 2000 L'Assemblée nationale adopte en première lecture la proposition de loi sur la contraception d'urgence. Elle autorise la prescription du Norvels ou "pilule du lendemain" par les infirmières scolaires. Elle permet d'éviter les grossesses non désirées. Les 10.000 mineures enceintes chaque année dont 7.000 recourent à l'avortement, ont pesé lourd dans ce choix. (chroniques de la lettre de l'événement)

 

Publié dans octobre

Commenter cet article